vendredi 20 septembre 2019

Toscane

C'est  l'île du printemps,
Où les mers sont des plaines
Les clochers des rochers
Où meurent toutes les peines.

Des torrents de verdure
Inondent ses ruelles
Et le vent y frissonne
Des notes de bruyère.

La lumière, adoucie,
Semble être née la veille
D'une caresse arrondie
De collines vermeilles,
Sentinelles assoupies
Et mères éternelles.
.
La terre ocrée sommeille
Sur la pierre vieillie
De paisibles chapelles
Où le temps s'engourdit
Et s'installe, fidèle.

Lorsque survient la nuit
L'olivier, apaisé,
S'exile dans l'oubli
Et là-haut, le cyprès
Qui s'éveille, s'agrandit,
Donne au ciel un baiser
Que l'ombre de deux ailes,
Étourdies, lui ravit.

6 commentaires :

  1. Je ne suis jamais allée dans cette région d'Italie, mais en te lisant, et en lisant également Célestine, puisqu'elle a consacré elle aussi un billet sur la Toscane, je me dis que je devrais aller la découvrir, elle vous inspire de si jolis mots. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Françoise
      La région qui a vu naître, à Vinci, Léonard.
      J'ai re-posté, à dessein, ce poème après avoir lu le joli billet de Célestine

      Supprimer
  2. Des notes de bruyère... que ceci est suavement dit, Puccini n'aurait pas mieux écrit :)
    Belle inspiration, presque un défi... merci qui ? Celestine :D
    Bonne fin de semaine, Rom. Bises.

    RépondreSupprimer
  3. Ecrit (et même publié) il y a 3 ans, merci à Célestine de m'avoir donné l'opportunité de le re-poster :-)
    Puccini ? Grazie mille, signorina, é un (troppo) gran onore
    Bacci, Julie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accoooooord... Alors doublement merci Celestine d'avoir réussi à te faire ressortir du trou :)
      Bon dimanche Rom. Bises.

      Supprimer
  4. Merci beaucoup pour ce clin d'oeil, Rom.
    Et ravie de te revoir après une aussi longue absence.
    Oui la Toscane est une splendeur sur terre.
    Bisous
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer